www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : L’ÉCOLE  / Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 janvier 2012

CARTE SCOLAIRE 2012 : CTA DU 13 JANVIER 2012

Vendredi dernier s’est tenu à Besançon le 1er CTA (Comité Technique Académique) suite aux élections professionnelles. C’est lors de ce comité qu’est officialisée la répartition départementale de la dotation académique (c’est la "carte scolaire académique"). Retour sur une réunion en 5 actes.

ACTE I : le decorum

Il n’aura pas échappé à votre esprit vif et averti que le CTA (ex-CTPA) a perdu son P qui signifiait pourtant Paritaire ( = l’administration siége à nombre égal avec les représentants du personnel), conséquence de la rénovation du dialogue social.

La nouvelle donne n’impose au recteur que d’être présent lui (ou une personne qui le représente) et une deuxième personne (le directeur des ressources humaines) et pis c’est tout.

Mais pour cette 1ère, le recteur a tenu à garder du monde autour de lui face aux représentants du personnel avec les 4 IA des 4 départements et moultes experts en chiffres. La délégation FSU (6 représentants du personnel sur 10) a tenu néanmoins à lui faire part de notre crainte qu’au fil des CTA, la « cour » du recteur fonde comme neige au soleil transformant cette instance en simple chambre d’informations sans véritables échanges.

ACTE II : ouverture des hostilités

Avec l’annonce de la suppression de 154 postes dans le 1er degré et 177 postes dans le second degré au niveau académique faite en décembre, les différentes organisations syndicales présentes ne pouvaient que ruer dans les brancards par des déclarations préalables accusatrices et justifiées.

Lire la déclaration préalable de la FSU

Les documents de travail préparatoires nous avaient déjà bien échauffés :

Départements Variation effectifs élèves attendus Suppressions de postes envisagées(1) Dont postes devant élèves (2) Dont postes hors classes (RASED, Cons péda, remplts...)(3) Dont postes langues (Assist et intervenants) (4)
Doubs + 104 -42 + 6 -34 -14
Jura -791 -61 -43 -12 -6
Haute-Saône -258 -33 -14 -13 -6
Territoire de Belfort -179 -18 -9 -6 -3
ACADEMIE -1124 -154 -60 -65 -29

Le nombre total de suppressions envisagées (1) = (2) + (3) + (4)

ACTE III : le monologue tragi-comique

Pour toute réponse aux attaques des représentants du personnel via les déclarations préalables, le recteur a sorti un laïus qui nous est -hélas- que trop familier :

« Vous connaissez comme moi la situation nationale financière de déficit dans laquelle se trouve notre pays. Le remboursement de la dette s’élève à plus de 40 milliards d’euros. Tous les ministères (sauf 2 ... au fait lesquels ?) contribuent à l’effort collectif en vue de l’équilibre budgétaire. Chaque académie est appelée à participer à l’effort de non remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite.

La répartition des suppressions de postes dans les académies s’est faite selon plusieurs critères :

− le poids du nombre d’élèves de l’académie (Besançon pèse pour 2% des élèves en France)

− le profil de l’académie : nous sommes une académie dite contrastée à cheval sur un profil urbain et rural (Jura et Haute-Saône sont à dominante rurale et Doubs et Territoire de Belfort sont à dominante urbaine)

− l’évolution des effectifs élèves : la baisse démographique de l’académie est estimés à -2000 élèves (moitié :/moitié entre 1er et 2sd degré)

Dans ce cadre, la préparation de la rentrée 2012 se fait avec la prise en considération de l’accompagnement des élèves dits « particuliers » :

− les élèves en situation de handicap (3900 attendus, forte progression depuis 2005)

− le maintien des périmètres d’éducation prioritaire à savoir 18 RRS et 3 ECLAIR »

La répartition des suppressions de postes dans les départements de l’académie pour le 1er degré :

comme l’an passé, le recteur calcule le P/E académique (nombre de postes / nombres d’élèves) en tenant compte des postes à rendre. Ensuite, il prend ce P/E comme pivot autour duquel il organise les 4 départements de sorte que ces départements soient d’année en année à la même distance du P/E aca. Ce qui donne :

départements P/E annoncé 2011 P/E annoncé 2012
Doubs 5,35 (+0,02) 5,28 (+0,03)
Jura 5,42 (+0,05) 5,38 (+0,07)
Haute-Saône 5,38 (+0,01) 5,33 (+0,02)
Territoire de Belfort 5,31 (-0,06) 5,27 (-0,04)
Académie 5,37 5,31

(entre parenthèses figure le différentiel entre le P/E de l’aca et celui du département)

Il ne vous aura pas échappé la situation atypique du 90 au regard des autres départements « eu égards aux contraintes géographiques » dixit le recteur. Nous sommes soit disant « urbain » selon leurs critères mais notre nombre de RPI tend à prouver le contraire !!

ACTE IV : la riposte

La FSU a souhaité rappeler l’engagement du président de la République : il y aura le même nombre de classes qu’à la rentrée 2011 à effectifs constants (=les fermetures seront corrélées aux baisses démographiques).

Pour notre académie la FSU a fait remarqué au recteur qu’il ferme 1 poste pour 18 élèves de moins alors que la moyenne académique par classe est de 23 élèves. Les fermetures vont donc au delà de la baisse démographique !! Le recteur pour toute réponse s’est raccorché à son P/E identique dans chaque département dans le sens où son différentiel avec celui de l’académie reste le même.

Les représentants de la FSU ont évoqué alors le prix de cette constante : les fermetures de postes hors classe. Un fossé creusé entre ces chiffres des P/E et la réalité dans les écoles ne cesse de croître.

Il a été bon de rappeler au recteur que les postes hors classe ne sont pas des postes qui servent à rien : les RASED, les remplaçants, les conseillers pédagogiques, les intervenants en langues sont là pour soutenir la pédagogie des collègues au quotidien. Mais on a l’impression que le mot pédagogie est un gros mot, un mot tabou.

A noter ici que le recteur - contrairement aux années précédentes, et peut-être parce que maintenant c’est sûr il n’y croit plus - n’a jamais fait mention de la réussite des élèves, d’une quelconque ambition pour tous, patati, patata...

La FSU a ironisé sur un SMA à instaurer non pas les jours de grève mais le reste de l’année quand une maternelle en Haute-Saône n’a toujours pas repris après les vacances de Noël faute de remplaçant !

ACTE V : le final

Le recteur a finalement proposé au vote la répartition des suppressions de postes pour le 1er degré et sans surprise, quand il s’agit de voter la répartition de la pénurie, les organisations syndicales représentées (FSU, UNSA, SGEN) ont voté unanimement contre.

Ce vote unanime contraint le recteur à convoquer un nouveau CTA, la date était déjà prête dans ses papiers c’est dire s’il y croyait... lundi 23 janvier prochain le recteur présentera un nouveau projet de répartition des suppressions qui cette fois-ci, même s’il reccueille un vote contre, signifiera la fin de la consultation, car rappelons le ici, le CTA n’a vocation que consultative.

Géraldine TAPIE suppléante SNUIPP-FSU en CTA


Quelques mots sur le 2sd degré :

- 51 postes dans les collèges et SEGPA (pour le 90 : 2 postes SEGPA et 4,4 postes collèges)

- 96 postes dans les lycées et lycées professionnels

- 23 postes de remplacements et décharges

- 7 postes d’intervenants étrangers

Vous avez probablement dans votre entourage des enfants d’âge de lycée par exemple, qui sont 35 en seconde, qui ont des cours de langues en classe entière avec en plus des copains d’autres options au bac...

Voici parmi quelques unes des revendications de la FSU pour le second degré :

- 30 maxi en 2sd, 1ère et terminale (25 en zone d’éducation prioritaire)

- des cours dédoublés en TP et en langues

- arrêt de l’accompagnement individualisé en groupe classe entière

 

37 visiteurs en ce moment

*Top Salle 0.06, Maison du peuple, Place de la Résistance, 90020 BELFORT Tel : 09 51 55 19 09 / 06 52 90 66 26 Email : SNUipp-FSU 90
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort, tous droits réservés.