www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : L’ÉCOLE 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 octobre 2011

AUDIENCE AUPRES DU DAKA DU 28 SEPTEMBRE 2011

Nous avions sollicité une audience auprès de l’Inspecteur d’Académie avec 4 points. Voici le compte-rendu.

Point 1 : la carte scolaire

Nous avons dénoncé l’inéquité de traitement entre certaines écoles suite aux décisions prises par l’Inspecteur d’Académie à l’issue du CTPD du 8 septembre. Nous avons eu le plaisir d’apprendre (heureusement qu’on a demandé une audience !) qu’il octroyait un surnombre à ½ temps à l’école Louise Michel Delle (2 classes 60 élèves !!) école pour laquelle nous venions nous battre ! Nous avons demandé un regard particulier pour des écoles très proches du seuil d’ouverture ; à savoir le positionnement d’un surnombre dans ces écoles. Nous avons été écoutés et entendus, attendons la suite...

Nous avons abordé le cas de l’école Bartholdi. Réponse de l’IA : à situation atypique, réponse atypique : fermeture de la 5ème classe et maintien d’un surnombre dans l’école, l’organistaion pédagogique dépendant de l’équipe d’école.

Nous avons réitéré notre demande d’une répartition équitable des surnombres en fonction des réels besoins du terrain. L’IA nous a répondu qu’il serait vigilant.

D’autre part, nous l’avons interrogé sur les postes E et psy non pourvus par des personnels spécialisés.

Réponse de l’IA : son choix a été d’utiliser tous les moyens existants sans toucher à la brigade de remplaçants, pour permettre le maintien de classes dans les écoles. Il ouvre des classes en pompant sur le RASED (ce sont les vases communiquants). Il nous a précisé que le contingent de remplaçants dans le 90 est encore inférieur à celui des autres départements de l’académie. Son objectif est donc de préserver le remplacement et la formation continue.

Point 2 : les directeurs (trices)et l’aide personnalisée

Nous avons porté à la connaissance de l’IA que sur le terrain les directeurs (trices) croulent sous le travail administratif toujours plus important :

→ organisation de la rentrée

→ gestion des réunions institutionnelles

→ dossiers divers

→ élections de parents

→ élections professionnelles

→ supressions de postes d’EVS ... Certains collègues nous ont avertis : suite au départ de leur EVS, ils ne peuvent plus répondre au téléphone et les parents ne peuvent donc plus joindre l’école de façon urgente : la sécurité des enfants est remise en cause.

Nous lui avons proposé à l’instar de ses collègues Inspecteurs d’Académie d’autres départements (la Haute-Savoie et le Morbihan à notre connaissance mais il peut y en avoir d’autres) de décharger les collègues directeurs des heures d’AP devant élèves, quel que soit le nombre de classes, et d’assurer uniquement les 6 heures de mise en oeuvre du dispositif. Les directeurs (trices) pourraient ainsi accomplir sur ce temps de décharge, leurs diverses missions sereinement.

Argument de l’IA :

— > pour les EVS, le ministre a annoncé un recrutement de 4000 EVS avec missions adminitratives, donc il attend la déclinaison académique et sera vigilant à les répartir au plus proche des besoins (mais les moyens resteront largement inférieurs à ceux de l’an passé)

— > pour la dispense d’aide perso : il dit avoir déjà fait un effort en leur donnant la possibilité comme l’an passé de défalquer un quotas d’heures variable, proportionnel à leur temps de décharge. Il pense que ce geste est suffisant. FAUX ! Nous nous sommes insurgés face à cette affirmation car ce n’est pas un effort ou un cadeau de sa part, puisque c’était dans la circulaire de 2010. Donc il peut faire mieux.

Là encore, il nous entend mais ne prend pas de décisions.

Point 3 : les élections professionnelles

Nous lui avons demandé de faire remonter auprès du rectorat les difficultés techniques auxquelles nous faisons face (réunions à répétitions à Besançon, vote par internet complexe, coût de tout cela !!)

Nous rappelons que nous avons dû intervenir auprès des services et par un courrier pour que l’édition des listes ne soit pas à la charge des communes mais bien de l’éducation nationale organisatrice de ces élections.

Point 4 : les MASTER 2

Nous avons demandé des précisions sur l’arrivée des M2 annoncée pour le 7 octobre.

Ils seront 20 et seront en « responsabilité accompagnée ( !) » tous les vendredis et en observation le lundi matin. L’administration qui leur avait réservé 14 places d’une journée (décharge de directeurs ou de collègues à temps partiel), est obligé d’en trouver 6 autres : du coup elle organise un stage de formation continue filé sur l’année, un jour par semaine : le vendredi ! (stage « oser l’anglais » puis stage TICE à définir). L’IA se félicite de cette offre supplémentaire de formation continue !!

Nous avons appris que ces M2, étant novices dans le métier, n’assureront pas l’aide personnalisée. Aux équipes de s’adapter dixit l’IA. Nous vous encourageons à faire remonter à votre IEN (et à nous aussi d’ailleurs) tout problème engendré par ce dispositif que le SNUIPP-FSU dénonce.

Les M2, étant étudiants, seront suivis par l’université. Mais l’IA nous assure qu’il veillera au grain et compte sur les écoles pour faire remonter tout problème, alors ne vous privez pas, lâchez-vous !

 

5 visiteurs en ce moment

*Top Salle 0.06, Maison du peuple, Place de la Résistance, 90020 BELFORT Tel : 09 51 55 19 09 / 06 52 90 66 26 Email : SNUipp-FSU 90
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort, tous droits réservés.