www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : L’ÉCOLE  / Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 juin 2010

Compte-rendu du CTP du 10 juin : le compte n’y est pas !

400 élèves en plus pour 9 postes supprimés ; des élèves dont on refuse l’inscription dans l’école de leur secteur ; des conditions de rentrée acrobatiques... On propose le redoublement !

Après avoir désorganisé l’école primaire (suppression du samedi matin, de 2 heures d’enseignement par semaine…), après avoir renié l’ambition de réussite pour tous (suppression de 2000 postes RASED, sortie injustifiée du dispositif ZEP pour de nombreuses écoles, …), après avoir mis hypocritement en avant des dispositifs malsains et faussement ambitieux (aide personnalisée, évaluations CE1 et CM2, stages de « Remise A Niveau », …), après avoir méprisé les enfants (nouveaux programmes, rythmes scolaires, …), après avoir décrété qu’une formation sur le tas pouvait se substituer à la formation initiale existante (suppression de l’année de stagiaire et des IUFM), le gouvernement ne s’embarrasse toujours d’aucun scrupule lorsqu’il envoie tout récemment sa feuille de route aux recteurs et aux IA et leur délègue la responsabilité de la chasse aux futures suppressions de postes (voir déclaration préalable en fin d’article).

Cet état de fait, nous le savions, allait guider les décisions de l’IA concernant les derniers ajustements avant la rentrée. Pourtant, des IA et des IENs travaillent dorénavant à rejoindre la lutte contre le démantèlement de l’Ecole et le font savoir par l’intermédiaire de leurs syndicats. La déclaration préalable de la FSU90 a ainsi repris un communiqué des syndicats d’inspecteurs et de personnels de direction de la FSU (voir déclaration préalable) pour motiver notre hiérarchie à ne pas forcément continuer à organiser la dégradation de l’Ecole avec zèle comme cela a été le cas ces dernières rentrées (suppression de postes RASED avant même les injonctions du MEN, suppression sournoise de 3 postes supplémentaires l’an dernier bien dissimulée hors CDEN, suppression de 9 postes ces deux dernières années alors que le département accueillait 400 élèves supplémentaires, …).

Certes des ouvertures de classes ou des maintiens de classes ont été fort logiquement confirmés (Grosmagny élém, Belfort-Les Barres élém, Chèvremont mat, Montreux-Château élém).

Malheureusement, concernant 3 écoles, nos arguments pédagogiques et humains se sont heurtés à un mur.

L’école élémentaire de Offemont Centre est à 3 élèves du seuil d’ouverture, mais avec une disparité telle dans les effectifs par niveau (40 CM1) que l’organisation des classes ne pourra être que acrobatique l’an prochain. Par ailleurs, une ouverture de classe l’an prochain est inéluctable. L’IA assume la crise et sait se montrer solidaire des Marchés : il n’ouvre pas. Le cas de l’école reste « à l’étude ».

La maternelle à Dorans du RPI regroupant les communes de Dorans, Botans, Bermont, Meroux, Moval et Sévenans doit accueillir 88 élèves l’an prochain (3 élèves sous le seuil permettant l’ouverture de la 4ème classe). Là encore, l’IA aurait dû accorder l’ouverture de la classe avec sagesse : au jour de la rentrée, 2 classes sur les 3 auront plus de 30 élèves ! D’autre part, ces villages sont en pleine expansion et il est illusoire de croire que des nouveaux élèves n’arriveront pas en cours d’année. L’ouverture de la classe est d’ailleurs inéluctable pour l’an prochain. D’autre part, un enfant malentendant sera accueilli l’an prochain et l’IA s’était engagé à ce que « en cas de scolarisation d’élèves handicapés dans une école, la grille sera appliquée de façon plus favorable afin de soutenir et d’aménager cette scolarisation » (relevé de conclusions avec le SNUipp90 du 02.02.09). L’IA fait pour l’instant fi de ses engagements. Le cas de l’école reste « à l’étude ».

La maternelle Victor Frahier de Valdoie remporte la palme du non remplacement d’un retraité sur deux ! Les effectifs sont atteints (62 élèves pour 2 classes à niveaux multiples !). L’IA a donné pour consigne de refuser les nouveaux enfants qui s’inscrivent encore et de leur indiquer qu’ils n’ont qu’à s’inscrire dans l’autre école à 1 km de là ! Des enfants qui habitent en face de l’école ou d’autres dont le grand frère est scolarisé à l’élémentaire ont dû être refusés ! Pourtant, le code de l’éducation précise : « Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande. ». Par ailleurs, cette école accueille chaque année des enfants du voyage (non comptés dans les effectifs) et cette scolarisation demande beaucoup d’investissement de la part des enseignants mais engage également notre administration qui doit la faciliter. L’IA s’est montré tout spécialement fermé à tout aménagement au sujet de cette école (ce qui nous laisse sceptiques quant à son écoute concernant les écoles « à l’étude »).

L’IA veut absolument renforcer les effectifs de la brigade de remplacement (notamment insuffisants, il est vrai). Son prédécesseur avait fait de même avant de renoncer, forcé de prendre conscience de la pénurie des moyens l’année suivante. Comme l’ancien, le nouvel IA (qui ne compte nullement assumer le bilan de son prédécesseur et sait que lui-même ne sera plus là dans au plus 3 ans) ne compte, à ce jour, aucunement revendiquer des postes supplémentaires. Le SNUipp90 encouragera et soutiendra chacune des ces écoles dont les élèves font les frais des restrictions budgétaire actuelles. Et quelque chose nous dit que l’IA va devoir revoir sa copie…

Olivier pour le SNUipp90

Déclaration préalable de la FSU90

Le mode d’emploi des prochaines suppressions de postes en 13 fiches délivré par le MEN tout récemment est édifiant quant aux mesures annoncées qui ont toutes en commun la régression du système éducatif dans la qualité du service fourni à la population. Suite à cette « fuite » du ministère, la FSU90 tient à vous faire part du communiqué des personnels des corps d’inspection mais également des personnels de direction de la FSU qui ont exprimé leur volonté de résister à la nouvelle saignée tous azimuts prévue pour le système éducatif.

En voici l’exposé :

Le ministre de l’Éducation nationale a exposé l’objectif principal des années scolaires à venir en termes de postes à supprimer dans le primaire et le secondaire : - suppression progressive des maîtres spécialisés E sous couvert de sédentarisation - suppression des RASED - disparition des psychologues scolaires - abandon de la scolarisation des « 2 ans » - généralisation du recours à des personnels non titulaires pour assurer les remplacements - augmentation du nombre d’intervenants extérieurs à l’Éducation nationale dans le second degré (à la place de profs), mais suppression dans le premier degré (langue vivante) - augmentation du nombre moyen d’élèves par classe dans les premier et second degrés - suppression des établissements de petite taille (écoles -EPLE) avec regroupements sous prétexte de rationaliser les moyens - transformation de postes en HSA et d’HSA en HSE - suppression des heures d’IDD - « rationalisation » de l’offre de formation pour les élèves du second degré - mutualisation des secrétariats et des conseillers - réduction des postes administratifs… Les inspecteurs et personnels de direction, comme tous les enseignants, savent que ces mesures vont renforcer les inégalités et toucher prioritairement les élèves les plus fragiles, les secteurs où les services publics font déjà défaut. Ces propositions auront des conséquences désastreuses pour la réussite scolaire de tous les élèves. Le ministère attend de la part des personnels d’encadrement la plus grande « loyauté » (synonyme ici d’allégeance).

Il est nécessaire que chaque inspecteur, chaque personnel de direction, refuse les mensonges et les manipulations ainsi que le soutien à une politique de démantèlement de la Fonction publique aux conséquences désastreuses pour l’ensemble de la population. Le système éducatif, déjà ébranlé par les mesures précédentes, n’a jamais été aussi gravement menacé.

Les inspecteurs et les personnels de direction ne seront pas les fossoyeurs de l’Éducation nationale.

 

36 visiteurs en ce moment

*Top Salle 0.06, Maison du peuple, Place de la Résistance, 90020 BELFORT Tel : 09 51 55 19 09 / 06 52 90 66 26 Email : SNUipp-FSU 90
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort, tous droits réservés.