www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : L’ÉCOLE  / Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 octobre 2009

CDEN DU 16 OCTOBRE 2009

Le CDEN Comité Départemental de l’Education Nationale se réunit en préfecture. C’est l’instance départementale au cours de laquelle l’Inspecteur d’Académie présente sa politique éducative à la communauté éducative (syndicats représentatifs, collectivités territoriales, fédérations de parents, DDEN, associations complémentaires) sous l’autorité de l’Etat représenté par le préfet. Le CDEN du mois d’octobre est traditionnellement celui du bilan de rentrée.

Compte rendu du CDEN du 16 octobre 2009 pour le 1er degré

Etaient présents pour la FSU : Jérôme Philippe et Philippe Violet pour le SNES-FSU ; Guillaume Hennegrave et Olivier Brand pour le SNUipp-FSU

Ont lu une déclaration préalable :

Les associations complémentaires au sujet de leur situation financière qui se précarise toujours davantage en raison des choix du gouvernement, l’UNSA, la FSU (voir encadré et sur le site), la FCPE qui est également intervenue pour dénoncer la date choisie pour la tenue de ce CDEN qui coïncidait avec celle des élections des représentants de parents.

La déclaration préalable de la FSU :

La FSU a demandé des signes forts pour l’éducation incompatibles avec le projet de suppression de 16000 emplois supplémentaires à la rentrée prochaine dans l’EN (50 000 sur 4 ans !). Pour le 1er degré, nous avons alerté le nouvel IA et le CDEN sur la situation critique du département par rapport aux autres départements de l’académie : rapport P/E (nombre d’instits pour 100 élèves), taux de scolarisation des « 2-3 ans », pourcentage des postes RASED les plus bas, seuils d’ouvertures/fermetures les plus défavorables. Situation d’autant plus préoccupante que notre département connaît les taux de chômage et de précaires les plus importants de la région. La FSU a également souligné la nécessité d’une revalorisation salariale et de l’arrêt du management individuel et autoritaire des collègues titulaires et précaires (Déclaration complète disponible sur le site du SNUipp90).

Le bilan de rentrée pour le 1er degré :

Le chiffre de la rentrée : 109 élèves supplémentaires et 3 postes supprimés. En 2 ans, ce sont 372 enfants supplémentaires qui sont scolarisés dans nos écoles publiques alors que 6 postes ont été supprimés ! L’IA annonce que l’augmentation du nombre d’élèves (et des suppressions de postes ?) semble se confirmer pour l’an prochain.

Pour pouvoir analyser objectivement les conditions de cette rentrée, le SNUipp avait demandé à ce que l’Inspection communique au CDEN la liste exhaustive des ouvertures et fermetures de postes ainsi que le détail par école des effectifs cette année. La communication de ces documents n’était pas prévue. Nous les avons obtenus mais le bilan des ouvertures et fermetures fourni ne présentant que la modification du réseau des classes, l’IA a pu dresser un portrait enjolivé de cette rentrée, faisant l’impasse notamment sur les suppressions des postes de remplaçants et de 4 postes RASED. Le SNUipp a dénoncé cette présentation tronquée : Certes, le département a logiquement enregistré la création de 14 classes (dont 1 CLIS) alors que « seulement » 9 autres disparaissaient. Mais le ministère retirant 3 postes au département, c’est un différentiel de 8 suppressions de postes qui allait être passé sous silence ! A notre demande, l’IA devrait diffuser aux membres du CDEN la balance des créations/suppressions contenant la liste, réellement exhaustive cette fois, des mesures de carte scolaire. Concernant les RASED nous avons réitéré, soutenus par les représentants des communes, notre demande d’un état des lieux des RASED : postes, pourvus ou non, nouvelle organisation. Des 35 postes RASED qui existaient il y a 2 ans, seuls 28 existent encore dont 3 sont sédentarisés sur des écoles et une demi-douzaine d’autres est utilisée à d’autres fins que l’aide aux élèves en difficulté.

Présentation du rapport annuel de la politique éducative départementale ASH.

Après plusieurs demandes du SNUipp, ce rapport inexistant jusqu’alors a enfin été présenté au CDEN conformément aux obligations faites aux IA. C’est Mme Naas, adjointe de l’IA et responsable ASH qui l’a présenté. Ce document « Power Point » est intéressant et sera publié sur notre site dès que nous aurons obtenu sa version numérique. Il montre l’évolution du nombre d’élèves scolarisés dans nos écoles (pour une écrasante majorité), nos collèges et nos lycées. Les moyens en personnels, matériel et formation dévolus à l’ASH y figurent également. Nous avons prévenu que la scolarisation dans les classes « ordinaires » de 20% d’élèves en situation de handicap supplémentaires chaque année n’était pas suffisamment accompagnée en termes de personnels et de qualité de formation. Les classes, les enfants et les enseignants risquent bien de connaître des moments de crise de plus en plus fréquents. Certains troubles auparavant pris en charge par les IME notamment cohabitent difficilement avec le groupe classe et son fonctionnement de plus en plus rigidifié par les récentes mesures gouvernementales. Les AVS-I souffrent d’un statut dont la précarité occasionne un « turn-over » important et d’une formation bien en-deçà des enjeux : 60 heures seulement réparties sur des mercredis à partir de novembre, voire février ou mars comme cela a été le cas l’an passé. Plus que jamais, il devient nécessaire de créer un vrai statut attractif, stable et doté d’une formation de qualité pour les AVS-I. Les postes d’AVS-I sont de plus insuffisants (4 Assistants d’Education 1er degré sont utilisés comme AVS-I sur 32,5 postes). Face à la pénurie à venir, 6 contrats « avenir » d’EVS-I, encore plus précaires, devraient être prochainement signés.

Enquête sur le dispositif Aide Personnalisée.

Le SNUipp avait demandé à ce que les résultats de cette enquête réalisée en juin soient publiés. L’IA a choisi le CDEN pour les présenter. Le diaporama peu intéressant présente les horaires choisis, le nombre d’élèves concernés (27,5%) et les domaines travaillés. 2 diapositives abordent le côté qualitatif des enseignants de l’opération : les 2 principaux « effets positifs » relevés par les collègues sont pour 26% une amélioration des résultats et pour 21% une relation élève-enseignant favorisée ; côté « difficultés rencontrées », 36% de collègues préviennent que les difficultés lourdes ne sont pas résolues et 22% soulignent les contraintes liées au transport ou au refus des familles (10% de refus). L’IA tire de ces résultats un bilan qu’il juge encourageant pour un dispositif bien accepté. Nous avons tenu à lui faire observer qu’évidemment un enfant ne sort pas de 2 heures de travail supplémentaire sans faire quelques progrès, mais qu’aucun jugement de la mise en place du dispositif n’était demandé aux enseignants notamment au regard des dégâts collatéraux occasionnés : la mise en place de l’aide personnalisée supplée-t-elle la prise en charge des difficultés lourdes par les RASED ; supplée-t-elle les heures du samedi matin supprimées ; supplée-t-elle les postes supprimés continuellement de façon injustifiée ; supplée-t-elle les difficultés liées à la négation d’une réflexion sur les rythmes scolaires, l’appropriation des apprentissages…

EVS :

Au 30 juin, sur les 83 « emplois de vie scolaire » en poste, 42 contrats arrivaient à échéance (32 ont été prolongés de manière à atteindre les 36 mois nécessaires pour faire valider les acquis). Aujourd’hui, 26 emplois ne sont pas pourvus et 16 EVS supplémentaires devraient être affectés au département (dont 6 EVS-I, voir plus haut). La FSU a souligné la précarité de ces emplois et le fait qu’ils existent car les écoles ont besoin d’eux. Il faut donc là aussi créer de vrais emplois avec un statut, une rémunération, une formation et des perspectives d’avenir significatifs pour ces personnels. Il faut également créer des emplois dans toutes les écoles qui en font la demande.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top Salle 0.06, Maison du peuple, Place de la Résistance, 90020 BELFORT Tel : 09 51 55 19 09 / 06 52 90 66 26 Email : SNUipp-FSU 90
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort, tous droits réservés.