www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : LE SYNDICAT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 septembre 2013

DEDE S’EN EST ALLE...

La disparition d’André Stantina nous plonge dans un abîme de tristesse. La nouvelle a fait le tour des écoles du département en quelques heures, laissant à chaque fois les collègues dans l’incompréhension et le désappointement, tant Dédé a laissé une trace indélébile en chacun de nous, soit parce qu’on l’a connu comme collègue, comme formateur à l’IUFM, comme conseiller pédagogique, qu’on a lu un de ses ouvrages, qu’on a assisté à l’une de ses conférences ou tout simplement parce qu’on a échangé quelques mots avec lui.

Quand il parlait de pédagogie, on l’écoutait. Quand il faisait classe, on l’enviait. Beaucoup de collègues, jeunes et moins jeunes, s’inspirent encore des conseils que Dédé leur a prodigués et son empreinte dans les classes du Territoire sera encore présente longtemps. Les témoignages des anciens élèves de la Pépinière et des gens du quartier sont révélateurs : tous se souviennent de cet instituteur pas comme les autres qui savait réconcilier les élèves les plus récalcitrants avec l’école et le savoir. Peu de gens arrivent à ce niveau d’excellence dans une classe, qui plus est avec une simplicité et une humilité déconcertantes : ça semblait tellement simple la pédagogie selon André Stantina !

Mais son charisme ne s’arrêtait pas au monde de l’éducation. Sa culture semblait sans limites et son avis importait, qu’il s’agisse de politique, de sport, d’art, des relations humaines ou de la vie de tous les jours. La peinture avait une place importante dans son existence et, dans ses créations, il savait traquer l’indicible pour révéler la beauté du commun. Amoureux de la nature et de la montagne, c’était un régal de le suivre (difficilement car il allait bon train, le bougre….) sur les sentiers des Vosges où, là aussi, entre deux blagues bien senties, il nous transmettait ses connaissances sur la faune et la flore, comme avec ses élèves, de façon passionnante et passionnée. Devenu un auteur connu, un conférencier reconnu, une référence au niveau pédagogique, il avait su garder de ses origines modestes le goût des plaisirs simples que l’on partage avec les autres : un casse-croûte pendant une randonnée, une bonne bouteille de savagnin, une balade à vélo, une sortie en raquettes entre amis, une tarte aux myrtilles dans une ferme-auberge. Il savait apprécier pleinement les bonnes choses de la vie, car chaque jour révélait son lot de découvertes à cet observateur subtil qui savait mieux que quiconque pénétrer les arcanes du quotidien. Son ouvrage « La punition du plaisir » est symptomatique à cet égard. C’était un sacré bonhomme et on se souviendra longtemps de son franc parlé et de son rire sonore et communicatif.

Salut Dédé.

A ses enfants et ses petits-enfants, à toute sa famille et ses proches, nous présentons nos sincères condoléances….

Jacques Lalande et l’ensemble de l’équipe du SNUIPP

 

19 visiteurs en ce moment

*Top Salle 0.06, Maison du peuple, Place de la Résistance, 90020 BELFORT Tel : 09 51 55 19 09 / 06 52 90 66 26 Email : SNUipp-FSU 90
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 90 | Territoire de Belfort, tous droits réservés.